Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 22:41

Le blog ContreLaCour a déménagé.


Rendez-vous sur ce lien pour lire l'article: http://www.contrelacour.fr/moscovici-remercie-la-commission-davoir-accorde-deux-ans-supplementaires-a-la-france/ 

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 22:18
Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 18:42
Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 23:19

Le blog ContreLaCour a déménagé.


Rendez-vous sur ce lien pour lire l'article: http://www.contrelacour.fr/la-commission-propose-de-renforcer-encore-lintegration-economique-quen-pensent-les-eurodeputes/

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 22:30

 

Le blog ContreLaCour a déménagé.


Rendez-vous sur ce lien pour lire l'article: http://www.contrelacour.fr/influence_union_europeenne_reforme_retraite/

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 23:40

Pierre-Moscovici-ministre-de-l-Economie-et-Olli-Rehn-CommisLe mois dernier a été marqué par la publication par Bercy du nouveau programme de stabilité, ainsi que du programme de réforme, engageant la France auprès des autorités européennes pour les années 2013 à 2017.
 
Après sa présentation en Conseil des ministres et aux commissions des Finances de l'Assemblée nationale et du Sénat le 17 avril, il a fait l’objet d’un débat parlementaire les 23 et 24 avril, avant d’être transmis à la Commission européenne le 30 avril.
 

 

 

Qu'est-ce que le programme de stabilité?
 
Le programme de stabilité est un document remis chaque année par les gouvernements des pays membres de la zone euro à la Commission européenne.
Cette obligation a été mise en œuvre en 1997 par le règlement instituant le volet préventif du Pacte de stabilité et de croissance. Historiquement, il s'agit donc de montrer à travers ce document comment l'État s'engage à respecter les critères dits « de stabilité » (déficit limité à 3% du PIB et dette à 60% du PIB) pour les quatre prochaines années.
 
Depuis 2011 (via le Six-Pack), ce programme doit être transmis, non plus au mois de décembre, mais au mois d'avril de chaque année. Le Conseil européen, sur proposition de la Commission, remet son avis au cours du mois de juin ou de juillet.
 
Le programme de réforme indique quant à lui les grandes réformes économiques et sociales envisagées pour les années à venir.
 
Si ces programmes ne sont pas en soi contraignants pour l'adoption du budget, les recommandations prises sur leur fondement peuvent, en cas de non-respect, justifier des sanctions si l'État est sous le coup d'une procédure pour déficit excessif.
Pourtant, les parlementaires français ne sont pas associés à la rédaction du programme de stabilité (ni du programme de réforme). Ce dernier est élaboré par le ministère des finances et directement transmis à la Commission.

 

 

Sa présentation au Parlement français

Comme indiqué en introduction, le programme de stabilité  a fait l’objet d’un débat parlementaire les 23 et 24 avril, à l'Assemblée nationale puis au Sénat.

A cet égard, voici les questions qui m'ont été posées par Guillaume Lelong, blogueur intéressé par les questions européennes: « Pourquoi personne n'en a vraiment parlé à l'Assemblée nationale lors de la séance qui y était dédiée ? N'avait-il déjà rien à dire ? Était-ce déjà bouclé? Les députés se sont juste contenté de poser des questions en tournant autour du pot. »

Il faut savoir que les deux débats ont été organisés conformément à l'article 51 de la Constitution: "Devant l’une ou l’autre des assemblées, le Gouvernement peut […] faire, sur un sujet déterminé, une déclaration qui donne lieu à débat et peut, s’il le décide, faire l’objet d’un vote sans engager sa responsabilité."
Ceci explique que le débat organisé au Sénat n'ait pas été suivi d'un vote, et ce en contradiction flagrante avec la loi du 28 décembre 2010 qui prévoit que le gouvernement est tenu d'adresser au Parlement "au moins deux semaines avant sa transmission à la Commission européenne […] le projet de programme de stabilité", que le Parlement débatte de ce projet et se prononce par un vote.

Cet absence d'enjeux politiques expliquent sans aucun doute le manque d'empressement des parlementaires. Ils étaient tout au plus un trentaine de parlementaires présents dans chacune des assemblées pour ces deux deux débats. De même, le calendrier était peu propice à l'Assemblée nationale puisque que le débat suivait directement le dernier vote relatif à la loi sur le mariage pour tous. Enfin et surtout, comme indiqué ci-dessous, les parlementaires ne disposent pas de l'opportunité d'amender le programme de stabilité. En réalité, bien moins qu'un débat, il s'agit davantage d'une explication de texte effectuées par les ministres en charge du budget.
 
Pour information, le 23 avril 2013, le nouveau programme de stabilité a été approuvé par l'Assemblée nationale par 297 voix contre 220.
Comme indiqué ci-dessus, les sénateurs n'ont pas eu, quant à eux, l'opportunité de voter.


Élément essentiel du semestre européen

Les États ont élaborés leurs programmes de stabilité et de réforme conformément aux prévisions de croissance publiées quelques semaines plus tôt par la Commission européenne.
Ces programmes, désormais transmis aux commissaires, vont permettre à ces derniers de rédiger les recommandations par pays qui seront publiées fin mai. Elles seront ensuite validées par le Conseil européen au début de l'été.
Ces recommandations, ainsi que les engagements inscrits dans les programmes, devront être pris en compte par les États dans la construction du budget de l'année prochaine. Une prise en compte qui sera pour la première fois contrôlée par la Commission elle-même puisqu'un tout nouveau règlement européen oblige les États à lui transmettre leur projet de budget avant le 15 octobre.
Désormais, le « semestre européen » couvre donc toute l'année budgétaire, d'autant que ledit règlement permet également aux commissaires de surveiller l'exécution infra-annuelle des budgets votés.

 

 

Le contexte règlementaire

Première étape: le retour au déficit public sous 3% du PIB

Le 27 avril 2009, le Conseil de l'Union européenne validait la proposition de la Commission de placer la France sous procédure pour déficit excessif, sur la base du déficit constaté en 2008. Les États de l'UE accordaient alors jusqu'en 2012 à la France pour ramener son déficit public sous la limite en vigueur de 3% du PIB. Quelques mois plus tard, le 2 décembre 2009, une nouvelle recommandation du Conseil ECOFIN laissait jusqu'en 2013 pour réduire ledit déficit.
A la suite du programme de stabilité remis en 2010, le Conseil avait estimé que le France agissait conformément à ses recommandation. De fait, la procédure pour déficit excessif avait été mise en sommeil. La France était ainsi libéré du calendrier contraignant relatif aux améliorations budgétaires et des éventuelles sanctions applicables.

Malgré cette mise en œuvre, il n'en demeure pas moins que la France ne respecte toujours pas les critères de déficit et de dette. A ce titre, la priorité de la France est de recouvrer un déficit public inférieur à 3% du PIB en respectant les recommandations européennes de 2009, à savoir un ajustement structurel de plus de 1 point par an pour la période 2010-2013. Dit plus simplement, l'État doit réduire son déficit structurel (c'est à dire ses frais de fonctionnement) de 1 point par an (exemple: le solde structurel est passé de -5,3% du PIB en 2011 à -3,7 en 2012).
Cependant, si les recommandations prévoyait un retour au 3% de déficit public dès 2013, le gouvernement a demandé un report à 2014. En échange, la France s'est engagée sur certaines réformes structurelles que nous détaillerons ci-après.

Deuxième étape: le retour à l'équilibre structurel des comptes publics

Une fois l'objectif des 3% atteint, la France ne sera pas libérée de tout engagement. D'autres ajustements budgétaires devront alors être atteints:
- la convergence vers l'objectif à moyen terme
C'est une mesure nouvelle, mise en œuvre dans le cadre du Six-Pack en décembre 2011. A ce titre, le précédent gouvernement a engagé la France sur un retour à l'équilibre strict du solde structurel en 2016.  Un calendrier qui était critiqué par l'opposition alors socialiste mais qui n'a pas été remis en cause par le nouveau gouvernement.
Ainsi, dès que l'objectif des 3% de déficit public sera atteint, la France devra alors se diriger vers cet équilibre structurel au rythme d'au moins 0,5% de point de PIB chaque année.
- le respect de la règle de dépense nette des mesures nouvelles en recettes
Grossièrement, cette règle oblige les États à prévoir une croissance de la dépense inférieure aux prévisions de croissance du PIB.
Pour la France, le taux de croissance de la dépense compatible avec un ajustement structurel de 0,5 % serait de l'ordre de 0,2 %.
- le respect du critère de la dette
Rappelons que depuis la ratification du Traité de Maastricht, les États doivent respecter un seuil de 60% du PIB d'endettement public. Plus récemment, le Six-Pack est venu mettre en place un rythme obligatoire de désendettement public. Ainsi, trois ans après l'atteinte de  l'objectif des 3% de déficit public, l'État français devra réduire sa dette au rythme moyen d'un vingtième par an, sur trois ans, du ratio de dette supérieure 60% du PIB.

A cela s'ajoute la procédure pour déséquilibres macroéconomiques excessifs mise en œuvre par la réforme du Six-Pack en décembre 2011. Depuis l'année dernière, de même que onze autres pays, la France est placée sous surveillance "macro-économique" de la Commission européenne.
La Commission relevait en effet une contraction des parts de marché à l'export (-19,4% en cinq ans) et considérait que "la pauvre performance à l'export résulte en une dégradation graduelle de la balance commerciale, et une détérioration régulière de la balance des comptes courants". Elle soulignait alors que "la baisse de la rentabilité des entreprises françaises et les retombées en terme d'investissements sont des facteurs importants qui requièrent une analyse plus poussée".

 

 

Comparaison avec la programmation précédente

Lors de mon dernier papier consacré au programme de stabilité, je vous avais promis de mettre en avant les différences notables du nouveau document avec celui remis l'an dernier par l'ancienne majorité.
Ce dernier, remis à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy avait alors fait l'objet d'une vive critique de la part des socialistes. Lors de la campagne électorale, François Hollande avait annoncé, s'il était élu, vouloir réunir le Parlement en session extraordinaire, du 3 juillet au 2 aout 2012, afin d'effectuer une présentation du nouveau Programme de stabilité, puis de transmettre ce dernier à la Commission européenne. Ceci n'a pas, à ma connaissance, été effectué.

Vous trouverez réuni dans ce tableau les chiffres avancés par le précédent gouvernement, les chiffres alors annoncé par la majorité socialiste sénatoriale (en critique de la prévision gouvernementale), et enfin, les nouveaux chiffres de la présente programmation accompagnés des prévisions de la Commission européenne. 

 

Tableau-prog-de-stabilite.jpg

 

Si depuis 2009, les programmes de stabilité transmis à Bruxelles s'appuient sur les recommandations adressées par la Commission et visaient jusqu'à l'année dernière le retour à un déficit public conforme dès 2013, le nouveau gouvernement socialiste s'est engagé sur l'année 2014.
Il dispose donc désormais de deux années pour satisfaire les commissaires européens qui, en contre-partie, semblent exiger des garanties quant aux réformes structurelles menées par l'État français. Si la Commission précisera ses attentes dans les recommandations publiées fin mai, on sait d'ores et déjà qu'elles concerneront surtout la réforme des retraites, du marché du travail et une plus grande libéralisation des services et des biens.

De sont coté, le programme de stabilité socialiste s'appuie sur le projet de modernisation de l'action publique (MAP, ex-RGPP), sur la baisse des dépenses de l'État, la diminution des concours financiers aux collectivités locales (-1,5 milliards d'euros en 2014 et -1,5 en 2015), sur le dernier accord sur les règimes complémentaires de retraite ainsi que sur la prochaine renégociation de l'assurance chômage.
Grâce à ces mesures, le gouvernement estime pouvoir diminuer de 0,5 point de PIB son déficit public en 2014 (0,7 pt en 2015, 0,9 pt en 2016 et 1,1 pt en 2017).

Intéressants également sont les chiffres indiqués pour d'ores et déjà démontrer l'efficacité des mesures prises à partir de juillet 2012. Sans l'action socialiste le gouvernement estime que déficit public aurait été de 5,9% du PIB en 2013.

Malgré ces efforts, la date limite de 2013 ne sera donc pas respectée. Pour autant, la procédure pour déficit excessif ne sera pas enclenchée. On peut donc s'interroger sur la raison d'être du volet correctif du Pacte de stabilité. Celui-ci n'a jamais été mis en œuvre tandis que les critères de déficit et de dette n'ont jamais été respectés. Peut-être ce volet, récemment renforcé via le Six-Pack, a-t-il justement été créé de manière à ne jamais être appliqué? Une sorte d'arme de dissuasion massive qui motive les États à mettre en œuvre les réformes structurelles exigées par Bruxelles plutôt que de risquer de se voir appliquer des sanctions.
De plus, si la Commission pouvait auparavant espérer plus de pouvoir en activant un tel volet, les récentes innovations introduites par le Two-Pack donne aux commissaires un droit de regard important dans tous les États membres de la zone euro, déficitaires ou non.

 

 


Merci d'avance à tous ceux qui publient/relaient mes articles. Merci cependant de sélectionner un extrait et de mettre le lien vers l'article original! Magali

 

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 21:39

commission.jpgAujourd'hui le Conseil européen s'est réuni. Les principaux points inscrits à l'ordre du jour étaient l'énergie et la lutte contre la fraude fiscale.
Un autre point, moins remarqué, visait la méthode de composition de la Commission européenne.
Si les conclusions du Conseil et les conférences de presse n'évoquent pas ce sujet, Dave Keating, journaliste sur EuropeanVoice.com, nous indique la décision prise par les chefs d'Etat et de gouvernement.
Vous trouverez ci-dessous une traduction de son article "Backtracking on Commission size".

 

 

Reculade sur la taille de la Commission

 

"Les dirigeants européens devraient prochainement annoncer qu'ils ont convenu entre eux de ne pas réduire la taille de la Commission européenne, outrepassant le texte du traité de Lisbonne. Le changement sera probablement décidé à l'unanimité cet après-midi, selon des sources du Conseil.

Le traité avait initialement envisagé une réduction de l'université au début de l'actuelle Commission en 2010. Les grands pays auraient maintenu un siège permanent au sein du collège, mais les petits pays auraient dû faire pivoter les sièges restants entre eux.

L'insatisfaction causée par cet arrangement a été citée comme une raison expliquant le rejet du Traité de Lisbonne par le peuple irlandais lors du premier référendum en 2008. Avant le second référendum ayant eu lieu l'année suivante, il avait été convenu d'ajouter une disposition dans le traité afin d'étendre le système existant jusqu'à la fin de l'actuelle Commission en 2014 "à moins que le Conseil européen, statuant à l'unanimité, ne décide de modifier ce nombre."

L'accord attendu aujourd'hui visa à prolonger ce système pour la durée de la prochaine Commission. Cela signifie que nous aurons 28 commissaires pour les cinq prochaines années. L'objectif initial du traité de Lisbonne pour mincir la Commission sera donc abandonnée pour l'avenir prévisible.

Le fait que l'accord soit prolongé n'est pas une surprise mais rappelle combien d'objectifs initiaux du traité de Lisbonne ne sont pas devenus réalité. Et étant donné la controverse causée parcette question était de retour en 2008, il est intéressant de noter que cette décision a été prise avec peu de discussion ou opposition.

Selon une source diplomatique de l'UE, les seuls pays qui se sont opposés au prolongement de la règle "un pays un commissaire" dans les premiers stades des discussions étaient la Belgique et les Pays-Bas, mais ils ont depuis abandonné leur opposition. La décision de maintenir le système actuel sera réévaluée à la fin de la prochaine Commission (2019), ou bien si, entre-temps, l'UE atteint 30 membres.

Beaucoup se sont plaints que la taille actuelle du collège des commissaires a créé une situation difficile à manier où 28 portefeuilles différents doivent être créés pour une institution qui est censée n'en avoir que 13. Cela signifie que toutes sortes de nouveaux portefeuilles ont dû être créés au fil des années pour permettre aux nouveaux États membres qui ont adhéré au cours de la dernière décennie de disposer d'un commissaire.

Tout État membre peut encore opposer son veto à ce prolongement s'il le souhaite car la décision requiert l'unanimité. Mais il ne semble pas que ce sera le cas. Il est intéressant de voir à quelle point la résistance est faible maintenant par rapport à l'énorme tapage causé par cette question en 2008. Des réactions du Parlement européen ont été mis en sourdine, avec Andrew Duff remarquant simplement dans un tweet aujourd'hui qu'il est "dommage" que la très grande taille de la Commission soit maintenue.

Il semblerait que ces particularités institutionnelles concernent moins de personnes aujourd'hui qu'elles ne le faisaient en 2008. L'UE a beaucoup plus de problèmes pour faire face à ces jours."

 

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 18:01
Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 20:24

Le blog ContreLaCour a déménagé.


Rendez-vous sur ce lien pour lire l'article: http://www.contrelacour.fr/conference-interparlementaire-les-elus-nationaux-veulent-peser-dans-les-decisions-europeennes/

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 21:30

Le blog ContreLaCour a déménagé.


Rendez-vous sur ce lien pour lire l'article: http://www.contrelacour.fr/traite-mes-pacte-budgetaire-six-pack-tscg-two-pack-cest-quoi-tout-ca/

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article