Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 22:30

Pré-scriptum / alerte / recommandation: cet article est uniquement consacré à la satisfaction de mon lectorat souverainiste. Les lecteurs européistes, ouverts d'esprit et qui n'ont pas froid aux yeux, peuvent lire également :)

 

 

DE_COURSON.jpgAvez-vous déjà entendu cet argument qui consiste à remettre en question la pertinence des mandats souverainistes au Parlement européen?
Par exemple (le sujet est pris au hasard): mais pourquoi donc Marine Le Pen siège-t-elle dans une institution dont elle s'emploie à remettre en cause la légitimité?

La question est pertinente et rejoint la problématique plus globale de l'utilisation ou non du système politique, juridique, économique ou, que sais-je encore, journalistique, que l'on entend pourtant remettre en cause.

Ce qui me surprend en revanche, c'est que l'argument n'est jamais retourné à l'échelle nationale.

 

 

Je pose donc la question: quelle est la place d'un député européiste à l'Assemblée nationale ou au Sénat?

Cette interrogation n'a jamais été posée, à ma connaissance, à un parlementaire français. Et pour cause, il aurait bien du mal à y répondre, sauf à remettre totalement en cause la légitimité de son propre mandat.

 

 

En effet, il m'apparait que nous sommes actuellement en présence d'un système doublement hypocrite.

Premièrement parce que les parlementaires français favorables à une intégration européenne plus poussée exercent pourtant leur mandat au nom même du principe de la souveraineté nationale.

Deuxièmement parce que ces mêmes parlementaires ne s'engagent pas dans une réforme constitutionnelle visant à remettre en cause le principe de souveraineté nationale au profit des institutions européennes. En effet, une telle réforme risquerait (sans aucun doute) de leur ôter définitivement toute légitimité.

 

 

Nous voici donc en présence aujourd'hui d'élus nationaux qui se satisfont pleinement du principe de souveraineté lorsqu'il s'agit d'occuper leur siège parlementaire, mais qui n'entendent exercer leur mandat qu'à titre symbolique afin de ne pas entraver la libre marche vers l'Europe intégrée.

 

 

 

Article 3 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen

« Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément. »

 

Hervé Morin (Nouveau Centre)

 

"Mes chers amis, quel que soit le chemin que nous choisirons pour notre parti, je vous invite à ce que le Nouveau Centre soit plus que jamais le parti de l’Europe fédérale."

 

Article 3 de la Constitution du 4 octobre 1958

« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum. »

 

Christophe Cavard (EELV)

 

"La question qui enflamme notre hémicycle est celle de la souveraineté. Les écologistes, même s'ils sont très intéressés par le sujet, ne pensent pas, contrairement à leurs collègues du groupe GDR ni à leurs collègues de droite, que ce soit l'alpha et l'oméga du débat."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Magali - dans Billets
commenter cet article

commentaires

Thomas FERRIER 14/06/2013 21:26

Bonjour,

Etant européiste, je partage pourtant pleinement votre analyse de base, à savoir qu'il n'est absolument pas logique que des candidats ouvertement anti-UE comme MLP ou NDA se présentent aux
élections européennes. Mais il est vrai que MLP est incapable de se faire élire aux législatives (et le mode de scrutin n'est pas très démocratique non plus), ce qui devrait la faire s'interroger
sur le "cadre national", ce qu'elle ne fait pas.

Vous dites avec justesse que ce qui est vrai dans un sens l'est aussi dans l'autre. Un européiste ne devrait pas se présenter à des élections nationales à partir du moment où il envisage une Europe
politique et donc de fait une moins grande pertinence du cadre national classique.

Je vais donc vous donner un scoop. C'est que ces "européistes" sont en fait très cohérents... parce qu'ils ne sont pas européistes, tout simplement.

L'européisme n'est pas le nationalisme mais n'est pas non plus le mondialisme. C'est autre chose.

Cordialement.

Marius 14/06/2013 16:14

"""Avez-vous déjà entendu cet argument qui consiste à remettre en question la pertinence des mandats souverainistes au Parlement européen?

Par exemple (le sujet est pris au hasard): mais pourquoi donc Marine Le Pen siège-t-elle dans une institution dont elle s'emploie à remettre en cause la légitimité?

La question est pertinente"""

Non justement, la question n'est pas pertinente. Pour changer les choses soit n est démocrate et alors on se fait élire dans les institutions qu'on veut changer. Soit on est pas démocrate et alors
on fait la révolution. Il est aberrant de poser la question aux "souverainistes". Les communistes et autres ne veulent pas de la Vème République, on ne leurs dit pas "qu'est-ce que vous foutez à
l'Assemblée ?"

Le problème n'est pas d'être contre les institutions dans lesquelles on est élu. Le problème C'EST DE SE FAIRE ÉLIRE SANS DONNER SA POSITION. Marine Le Pen quand elle se fait élire elle dit
clairement qu'elle est contre le fédéralisme, par contre les fédéralistes en France (admettons Morin) ne font pas campagne aux législatives dans leurs circonscriptions en disant qu'ils veulent
créer les Etats-Unis d'Europe (du moins j'en doute).