Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 22:18

Partager cet article

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article

commentaires

BA 04/07/2013 13:42

Un organisme connaît cinq phases :
1- La naissance.
2- La phase ascendante.
3- La phase de plateau : l'organisme est alors à son zénith.
4- La phase descendante : l'organisme commence à vieillir, tout se déglingue.
5- La mort.

J'interprète la construction européenne de la même façon :

1- La naissance : 25 mars 1957, signature du traité de Rome.
2- La phase ascendante : 1957 - 1992. La construction européenne monte en puissance.
3- La phase de plateau : 1992 - 2008. Avec le traité de Maastricht, avec la suppression des frontières intérieures et avec la monnaie unique, la construction européenne est alors à son zénith.
4- La phase descendante : 2008 - ???
La crise financière de 2008 est devenue une crise économique, une crise sociale, une crise politique. Elle a montré au monde entier que, face à la crise, la soi-disant "solidarité européenne",
c'était du pipeau.

Elle a montré au monde entier que, face à la crise, chaque nation européenne revient dans le monde réel :
- le sentiment national, ça existe ;
- l'égoïsme national, ça existe ;
- la raison d'Etat, ça existe.

Par exemple, les budgets de chaque nation européenne continuent à augmenter, en pourcentage du PIB. Mais en revanche le budget de l'Union Européenne, lui, est en baisse !

Pour la période 2007-2013, le budget de l'Union Européenne était au niveau ridicule de 1,10 % du PIB de l'Union Européenne. Pour la période 2014-2020, il baissera au niveau minable de 1 % du PIB
!

La Commission européenne et le parlement européen voulaient faire augmenter le budget à 1083,3 milliards d'euros. Mais les chefs d'Etat et de gouvernement ont refusé : ils ont exigé de le faire
baisser au niveau minable de 960 milliards d'euros pour la période 2014-2020 !

L’égoïsme national l’a emporté, comme d’habitude.

http://www.20minutes.fr/economie/826126-budget-2012-europe-impose-rigueur

C'est la phase descendante.

Tout se déglingue.

Au Portugal, en Irlande, en Italie, en Grèce, en Espagne, à Chypre, en Slovénie, tout se déglingue.

Aujourd'hui, la périphérie tombe en ruines. Demain, le coeur de l'Union Européenne sera touché à son tour.

Chaque nation reprendra le contrôle de ses lois nationales, chaque nation reprendra le contrôle de ses frontières nationales, chaque nation reprendra le contrôle de sa monnaie nationale, etc.

L'Union Européenne se dirige tranquillement vers sa mort.

BA 30/06/2013 18:58

Dimanche 30 juin 2013 :

Quel est le budget des grands Etats dans le monde ?
Le budget du Danemark est de 57,5 % du PIB.
Le budget de la France est de 56,5 % du PIB.
Le budget de la Finlande est de 56,2 % du PIB.
Le budget du Royaume-Uni est de 45,5 % du PIB.
Le budget de l’Allemagne est de 44,7 % du PIB.
Le budget des Etats-Unis est de 39,4 % du PIB.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202716743936-niveau-des-prelevements-et-des-depenses-publiques-la-france-dans-les-15-premiers-sur-187-pays-559983.php

Quel est le futur budget de l'Union Européenne ?

Pour la période 2007-2013, le budget de l'Union Européenne était au niveau ridicule de 1,10 % du PIB de l'Union Européenne.

Pour la période 2014-2020, les bisounours fédéralistes voulaient que le budget de l'Union Européenne augmente. Le samedi 19 novembre 2011, les bisounours fédéralistes ont demandé que le budget
passe à 1,11 % du PIB, soit 1083,3 milliards d'euros.

Mais neuf pays - Autriche, Danemark, Allemagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni -, ont rejeté cette proposition jugée trop élevée dans un contexte de rigueur
généralisée.

http://www.20minutes.fr/economie/826126-budget-2012-europe-impose-rigueur

Résultat : pour la période 2014-2020, le budget de l'Union Européenne sera en baisse !

Pour la période 2014-2020, le budget de l'Union Européenne baissera au niveau minable de 1 % du PIB de l'Union Européenne, soit 960 milliards d'euros !

Je dis bien : 1 % du PIB !

http://www.lepoint.fr/economie/ue-le-budget-2014-2020-approuve-par-les-dirigeants-europeens-28-06-2013-1686778_28.php

Conclusion : l'Union Européenne accueillera de plus en plus de pays très pauvres, et elle aura un budget de plus en plus faible !

L'Union Européenne n'est qu'un gigantesque château de cartes.

Et le vent qui se lève va le faire s'effondrer.

BA 27/06/2013 17:40

Samedi 19 novembre 2011 :

Voici ce qui s'était passé le samedi 19 novembre 2011 : la Commission européenne avait proposé de porter le budget de l'Union Européenne à 1083,3 milliards d'euros pour la période 2014-2020.

La Commission européenne a proposé une augmentation de 5% par rapport au précédent budget sur 7 ans, portant les dépenses à 1.083,3 milliards d'euros, soit 1,11% du PIB européen.

Mais neuf pays - Autriche, Danemark, Allemagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni -, ont rejeté cette proposition jugée trop élevée dans un contexte de rigueur
généralisée.

http://www.20minutes.fr/economie/826126-budget-2012-europe-impose-rigueur

Jeudi 27 juin 2013 :

Deux ans après, nous apprenons que le budget de l'Union Européenne ne sera pas de 1083,3 milliards d'euros, mais qu'il sera en baisse pour la période 2014-2020 !

Pour la période 2014-2020, le budget de l'Union Européenne baissera à 960 milliards d'euros, soit au niveau minable de 1 % du PIB de l'Union Européenne !

Les soi-disant "Etats-Unis d'Europe" , ça n'existe que dans les belles paroles !

Les soi-disant "Etats-Unis d'Europe" , c'est du pipeau pour les bisounours !

Union européenne : accord politique sur le budget pour 2014-2020.

Les présidents des trois institutions de l’Union européenne (la Commission, le Conseil qui représente les Etats, et le Parlement) ont annoncé jeudi être parvenus à un accord politique sur le budget
de 960 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

http://www.liberation.fr/monde/2013/06/27/accord-politique-sur-le-budget-europeen-pour-la-periode-2014-2020_914133

BA 26/06/2013 08:05

Mardi 25 juin 2013 :

Anglo Irish Bank : les deux dirigeants auraient menti aux autorités irlandaises.

Les dirigeants de la banque irlandaise Anglo Irish Bank nient avoir trompé les autorités de Dublin pendant la crise financière en 2008, suite à la publication de discussions enregistrées au
téléphone.

Ces discussions révèlent que les dirigeants de l’Anglo Irish Bank – qui n’existe plus sous ce nom aujourd’hui – avaient sciemment sous-estimé les sommes nécessaires au sauvetage de la banque.

Selon l’Irish Independent qui s’est procuré les enregistrements, les deux dirigeants de la banque parlaient de 7 milliards d’euros pour ne pas risquer un refus de Dublin, alors que l’addition pour
les contribuables irlandais allait finalement avoisiner les 30 milliards d’euros.

http://fr.euronews.com/2013/06/25/anglo-irish-bank-les-deux-dirigeants-auraient-menti-aux-autorites-irlandaises/

Les enregistrements des deux dirigeants de la banque Anglo Irish Bank sont ici :

http://www.independent.ie/business/irish/inside-anglo-the-secret-recordings-29366837.html

Les enregistrements audio de Anglo Irish Bank révèlent pour la première fois comment les dirigeants de la banque ont menti au gouvernement au sujet de la véritable ampleur des pertes de
l'établissement.

Ces incroyables enregistrements montrent le dirigeant John Bowe, qui avait été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, riant et plaisantant avec un autre dirigeant, Peter
Fitzgerald, et racontant comment Anglo Irish Bank avait trompé l'État pour qu'il lui donne des milliards d'euros.

M. Fitzgerald n'avait pas été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, et il a confirmé qu'il n'était pas au courant de toute cette stratégie, ni de l'intention de tromper
les autorités.

M. Bowe, dans un communiqué hier soir, a catégoriquement nié avoir trompé la Banque centrale.

Les enregistrements audio proviennent de son propre système téléphonique interne, et ils datent du cœur de la crise financière qui a amené l'Etat irlandais à genoux en Septembre 2008.

Anglo Irish Bank était à quelques jours de l'effondrement complet - et dans les années suivantes, les contribuables allaient lui donner 30 milliards d'euros. M. Bowe parle de la façon dont il avait
demandé à l'Etat 7 milliards d'euros pour renflouer Anglo - mais les négociateurs d'Anglo savait depuis le début que ce n'était pas assez pour sauver la banque.

Le plan était le suivant : une fois que l'État aurait commencé à donner de l'argent à la banque, il serait incapable de s'arrêter.

M. Fitzgerald demande à M. Bowe comment ils étaient arrivés à ce chiffre de 7 milliards d'euros. M. Bowe éclate de rire en répondant : « Comme le batteur disait (le batteur est le surnom du PDG
David Drumm) : « j'ai sorti ce chiffre de mon cul. »

Il dit aussi : « S'ils avaient vu l'énormité du sauvetage avant, ils auraient pu décider qu'ils avaient le choix. Tu vois ce que je veux dire ? »

« Ils auraient pu dire que le coût pour le contribuable était trop élevé ... tandis que si la somme ne semblait pas trop grande au début ... si elle est assez grosse, mais pas trop grande pour que
ça gâche tout, alors je pense que tu as une chance qu'ils acceptent de payer. Donc maintenant je pense que le montant du sauvetage va augmenter. »

M. Fitzgerald, le directeur des services bancaires de détail, dit : « Ouais, ils ont mis le doigt dans l'engrenage. »

Les commentaires de M. Bowe dans l'enregistrement audio révèlent que la stratégie d'Anglo Irish Bank était d'attirer l'Etat, en ne laissant aux contribuables d'autre choix que de continuer à
fournir des prêts à la banque et à « soutenir leur argent ».

L'enregistrement montre également M. Bowe et M. Fitzgerald éclater de rire en déclarant qu'il n'y a aucune chance pour que la banque rembourse les prêts.

Pour la première fois, les contribuables obtiennent un aperçu exclusif des magouilles bancaires qui ont coûté à l'Irlande notre souveraineté.

Paul Williams, « Irish Independent », lundi 24 juin 2013.

zebulon 25/06/2013 23:43

Désolé pour les fautes d'orthographes, je ne m'étais pas relu.