Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 20:15

 

Cet article, intitulé « Les socialistes ont supprimé l'obligation de transmission des Programmes de stabilité au Parlement » a été retravaillé suite à la confirmation que l'absence de vote au Sénat ne découlait pas de l'abrogation de l'obligation de transmission et de vote. En effet, ces exigences sont toujours inscrites dans la loi mais n'ont pas été appliquées par le Sénat cette année.


 

Cette année, les sénateurs se sont vus refuser leur droit de vote sur le Programme de stabilité

 

 

Marianne_muselee_par_l_europe_200.jpg

Cette semaine a été marquée par la publication par Bercy du nouveau programme de stabilité, ainsi que du programme de réforme, engageant la France auprès des autorités européennes pour les années 2013 à 2017.

 

Après sa présentation en Conseil des ministres et aux commissions des Finances de l'Assemblée nationale et du Sénat le 17 avril, il fera l’objet d’un
débat parlementaire les 23 et 24 avril, avant d’être transmis à la Commission européenne le 30 avril.

 

Cependant, si depuis 2011, une disposition légale obligeait le gouvernement à transmettre le programme au Parlement, ainsi qu'à y organiser un débat et un vote, cette disposition n'a pas été appliquée cette année. 

 

 

Qu'est-ce que le programme de stabilité?

 

Le programme de stabilité est un document remis chaque année par les gouvernements des pays membres de la zone euro à la Commission européenne.

Cette obligation a été mise en œuvre en 1997 par le règlement instituant le volet préventif du Pacte de stabilité et de croissance. Historiquement, il s'agit donc de montrer à travers ce document comment l'État s'engage à respecter les critères dits « de stabilité » (déficit limité à 3% du PIB et dette à 60% du PIB) pour les quatre prochaines années.

 

Depuis 2011 (via le "Six-Pack"), ce programme doit être transmis, non plus au mois de décembre, mais au mois d'avril de chaque année. Le Conseil européen, sur proposition de la Commission, remet son avis au cours du mois de juin ou de juillet.

 

Le programme de réforme indique quant à lui les grandes réformes économiques et sociales envisagées pour les années à venir.

 

Si ces programmes ne sont pas en soi contraignants pour l'adoption du budget, les recommandations prises sur leur fondement peuvent, en cas de non-respect, justifier des sanctions si l'État est sous le coup d'une procédure pour déficit excessif.

Pourtant, les parlementaires français ne sont pas associés à la rédaction du programme de stabilité (ni du programme de réforme). Ce dernier est élaboré par le ministère des finances et directement transmis à la Commission.

 

Je publierai prochainement une synthèse des dits programmes, afin de mettre en avant les différences notables du nouveau document avec celui remis l'an dernier par l'ancienne majorité.

Ce dernier, remis à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy avait alors fait l'objet d'une vive critique de la part des socialistes. Lors de la campagne électorale, François Hollande avait annoncé, s'il était élu, vouloir réunir le Parlement en session extraordinaire, du 3 juillet au 2 aout 2012, afin d'effectuer une présentation du nouveau Programme de stabilité, puis de transmettre ce dernier à la Commission européenne. Ceci n'a pas, à ma connaissance, été effectué.

 

 

Un programme de stabilité élaboré sans les parlementaires, pourtant responsables du vote du budget

 

Le 20 aout dernier, je publiais un article intitulé "Gouvernance économique européenne: les parlementaires français reprendront-ils la main?". Ce dernier avait pour pour objet notamment le contrôle des programmes de stabilité par le Parlement français.

 

Je vous en livre ici un court résumé:

 

1°) En 2000, le gouvernement saisit pour avis le Conseil d'État afin de savoir s'il peut inscrire dans le nouveau projet de loi organique relative aux finances publiques (la LOLF) l'obligation de transmission du programme de stabilité au Parlement.

Le Conseil d'État est sans appel: le programme ne rentre pas dans la catégorie des « actes communautaires comportant des dispositions de nature législatives » dont la transmission est rendue obligatoire par l'article 88-4 de la Constitution. Par conséquent, la transmission imposée des programme de stabilité nécessite une nouvelle réforme constitutionnelle.

Celle-ci ne sera pas effectuée et le débat sera mis de coté pendant 10 ans.

 

2°) Depuis la modification du calendrier décrite plus haut ("Six-Pack"), les parlementaires semblent avoir pris conscience de l'importance dudit programme sur le "calendrier budgétaire français"

 

3°) En octobre 2010, les députés communistes déposent proposition de loi constitutionnelle garantissant la souveraineté du peuple en matière budgétaire. Ils proposent d'introduire un nouvel article 88-2: « En matière budgétaire cependant, le Parlement reste souverain. Les institutions européennes ne pourront se prononcer qu'après la délibération des assemblées parlementaires ». Cette proposition a été rejetée a la quasi-unanimité (410 contre, 23 pour), les parlementaires estimant qu'elle remettait en cause la nécessaire et « naturelle » coordination européenne des politique budgétaires.

 

4°) Depuis un amendement introduit par la Commission des finances du Sénat à la loi de programmation des finances publiques 2011-2014 (adoptée en décembre 2010), le gouvernement est tenu d'adresser au Parlement « au moins deux semaines avant sa transmission à la Commission européenne […] le projet de programme de stabilité ». Il était également prévu que le Parlement débatte de ce projet et se prononce par un vote.

Ainsi, en 2011, le Programme de stabilité a été pour la première débattu devant le Sénat.

 

5°) En avril 2011, le gouvernement dépose un projet de révision constitutionnelle relatif à l'équilibre des finances publiques. Ce projet est surtout connu, à tort, comme visant à instituer une règle d'or budgétaire. Mais, c'est est moins connu, le projet prévoyait également, via son article 12, d'inscrire directement dans la Constitution les modalités de transmission au Parlement des projets de programme de stabilité.

Le Parlement avait d'ailleurs introduit divers amendements fixant:

- un délai de transmission d'au moins deux semaines avant l'envoi à la Commission européenne,

- une procédure spéciale permettant au Parlement de discuter du projet de programme.

Malheureusement, noyé dans une réforme condamnée par le Parti socialiste, le nouvel article 88-8 de la Constitution n'a pu voir le jour.

 

Après deux occasions de réforme constitutionnelle manquées, la possibilité offerte au Parlement de débattre du Programme de stabilité relevait donc d'une seule disposition (l'article 14) de la loi de programmation des finances publiques 2011-2014.

 

Cependant, si les parlementaires pouvaient donner leur avis sur le programme de stabilité, ils restaient néanmoins dans l'incapacité de le modifier car ledit document « demeure un acte du seul Gouvernement » (cf. Avis du Conseil d'État en 2000).

 

Cette année, les prérogatives du Parlement seront encore plus limités car, comme nous l'indique Jean Arthuis, sénateur et vice-président de l’UDI, le débat ne sera suivi d'aucun vote au Sénat.

 

"Sur le programme de stabilité, qui va être très important, qui nous engage jusqu'en 2018, j'attendais qu'à la suite de ce débat, il y ait un vote. Je viens d'apprendre que la Conférence des Présidents a refusé qu'il y ait un vote. A quoi sert ce débat?"

Jean Arthuis, 17 avril 2013 sur Public Sénat

 

 

 

Par conséquent, en plus de ne pouvoir ni amender, ni rejeter, le programme de stabilité élaboré par le gouvernement, cette année le Sénat ne pourra même pas indiquer (par un vote non contraignant) son désaccord.

 

Un comble lorsque l'on sait que le vote était pourtant prévu par l'article 14 de la loi de programmation des finances publiques pour les années 2011 à 2014.

Cette absence de vote est d'autant plus incompréhensible que ledit article 14 est un des rares a avoir survécu à la réécriture de la précédente loi de programmation par la nouvelle majorité socialiste en décembre 2012. 

 


Merci d'avance à tous ceux qui publient/relaient mes articles. Merci cependant de sélectionner un extrait et de mettre le lien vers l'article original! Magali

 

************

Pour information, le 23 avril 2013, le nouveau programme de stabilité a été approuvé par l'Assemblée nationale par 297 voix contre 220.
Comme indiqué ci-dessus, les sénateurs n'ont pas eu, quant à eux, l'opportunité de voter.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Magali - dans Europe
commenter cet article

commentaires

BA 22/04/2013 12:03

Lundi 22 avril 2013 : chiffres de la dette publique pour le quatrième trimestre 2012.

La dette publique de plusieurs Etats européens atteint des sommes inimaginables.

La dette publique de plusieurs Etats européens est devenue hors de contrôle.

L’Union Européenne, la BCE et le FMI ont échoué dans leurs soi-disant « plans de sauvetage ».

Tous les « plans de sauvetage » sont un échec total.

En Europe, plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

1- Médaille d'or : la Grèce. Dette publique de 303,918 milliards d'euros, soit 156,9 % du PIB.

Le premier défaut de paiement de la Grèce avait effacé 107 milliards d’euros de dettes. Mais depuis, la dette publique continue à augmenter, à augmenter encore, à augmenter toujours. La Grèce va de
nouveau se déclarer en défaut de paiement.

2- Médaille d'argent : l'Italie. Mario Monti laisse derrière lui une dette publique de 1988,658 milliards d'euros, soit 127 % du PIB. Mario Monti a fait la preuve de sa nullité. Mario Monti a fait
la preuve de son incompétence.

3- Médaille de bronze : le Portugal. Dette publique de 204,485 milliards d'euros, soit 123,6 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique du Portugal
continue à augmenter.

4- Irlande : dette publique de 192,461 milliards d'euros, soit 117,6 % du PIB. Là encore, le soi-disant « plan de sauvetage » a échoué. La dette publique de l’Irlande continue à augmenter.

5- Belgique : dette publique de 375,389 milliards d'euros, soit 99,6 % du PIB.

6- France : dette publique de 1833,810 milliards d'euros, soit 90,2 % du PIB.

7- Royaume-Uni : dette publique de 1387,436 milliards de livres sterling, soit 90 % du PIB.

8- Chypre : dette publique de 15,350 milliards d’euros, soit 85,8 % du PIB.

9- Espagne : dette publique de 883,873 milliards d’euros, soit 84,2 % du PIB.

10- Allemagne : dette publique de 2166,278 milliards d’euros, soit 81,9 % du PIB.

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-22042013-AP/FR/2-22042013-AP-FR.PDF

Magali 21/04/2013 21:54

Bonsoir Jean,

Le Pacte de stabilité est un ensemble de textes adoptés en 1997. Il rassemble un volet préventif et un volet correctif visant à garantir le respect par les Etats des fameux "critères de Maastricht"
(limitation du déficit et de la dette).

Le programme de stabilité est un document (issu de ce volet préventif) remis chaque année par les Etats membres de la zone euro qui décrit les objectifs budgétaires pour les 4 années à venir.
Il est transmis à la Commission européenne qui émet des recommandations.

Le budget est, quant à lui, voté chaque année. Il doit - normalement - respecté les engagements indiqués dans le Programme de stabilité.

S'agissant d'un document transmis à la Commission européenne, le droit français considère le Programme de stabilité comme une sorte de "document à visée internationale". La compétence relève donc
du gouvernement (et non du Parlement).

Le Parlement reste compétent pour voter (débattre, amender, etc) le budget chaque année mais (si vous avez bien suivi), ce dernier doit respecter les engagements pris par le gouvernement auprès de
la Commission européenne.

Le contrôle parlementaire du Programme de stabilité est donc un gros enjeux de démocratie :)

JeanP 21/04/2013 21:36

Il y a quelque chose que je ne saisis pas : Le Pacte de Stabilité, c'est le nouveau nom qu'ils donnent au Budget français ? Ou s'est autre chose ? Car comment dissocier les 2 ?

Enfin, dans les 2 cas, il est inadmissible que le Parlement ne puisse pas amender et voter le texte. Ça transforme le président en monarque.